Menu Chiudi

FAQ en français

FAQ I – Macrorégions

Q: Les macrorégions ont-elles le même caractère que les initiatives de l’Union européenne?

R: Les macrorégions ont un caractère totalement différent des coopérations interétatiques ou interrégionales qui sont typiques des initiatives de l’Union européenne, qui ne sont réalisées que dans les tables de coopération des organes ou des ministères de chaque pays. Les macrorégions sont, en fait, des entités directement promues par l’Union européenne et ont une portée beaucoup plus large, au-delà des différentes régions, au-delà des États individuels et même au-delà de l’Union européenne.

Q: De quoi proviennent les macrorégions?

R: Les macrorégions découlent, en particulier, directement du traité de Lisbonne, signé le 13 décembre 2007, qui renforce la participation des citoyens et la coopération territoriale des peuples.

Q: Quelles sont les macrorégions et quelles sont-elles?

R: “Les macrorégions sont de nouvelles formes renforcées de gouvernement de l’Union européenne, car elles facilitent le consensus sur des questions d’intérêt commun, entre les réalités territoriales des États membres appartenant à la même zone”, impliquant également des réalités territoriales hors d’Europe, et “favorisent les synergies plutôt que discrimination et chevauchements “. Les macro-régions promeuvent et développent des actions dans des domaines d’intérêt commun tels que l’économie, l’environnement, l’énergie, la santé, les transports, l’éducation et la culture, la lutte contre la criminalité, la recherche et l’innovation, l’assistance sociale, la protection des mineurs, le tourisme.

Les cinq macrorégions sont:

– Mer Baltique (EUSBSR),

– Danube (EUSDR),

– Adriatique et Ionienne (EUSAIR),

– Alpina (EUSALP)

– Méditerranée (EUSMED).

Pour de premières informations sur la macrorégion méditerranéenne, voir l’entrée EUSMED sur Wikipedia.

Q: Comment la stratégie de la Macrorégion se recoupe-t-elle avec la stratégie de l’Union européenne et évite-t-elle le chevauchement avec les compétences européennes ou étatiques?

R: La stratégie de la macrorégion croise la stratégie de l’Union européenne selon les modalités lancées par la Commission et le Conseil européen dans l’approbation de la stratégie macrorégionale et évite les chevauchements avec des tableaux opérationnels interactifs en comparaison avec toutes les institutions selon le principe de subsidiarité.

Q: Comment la Macrorégion est-elle impliquée dans l’élaboration de la stratégie de l’Union européenne et comment l’Union européenne met-elle en œuvre les propositions stratégiques de la macro-région?

R: La Macrorégion participe à un modèle circulaire de l’Union européenne.

La Macrorégion est:

– est un instrument d’intégration des peuples (c’est-à-dire des modalités de participation produites par l’Union européenne envers les peuples, donc dans le sens de l’Europe-Citoyens);

– est un instrument des peuples pour des élaborations stratégiques (c’est-à-dire des modalités de participation du bas vers l’Union européenne, donc dans le sens Citoyens-Europe).

FAQ II – La macro-région méditerranéenne

Q: Quelles sont les bases juridiques de la macrorégion méditerranéenne?

R: Les bases juridiques de la Macrorégion méditerranéenne sont celles rapportées dans le décret n. 9 du 12 novembre 2018 du Médiateur de Campanie, procédure Administration publique, publié dans BURC n. 89 du 29 novembre 2018.

Q: Avec quels outils peut-on suivre l’évolution de la macrorégion méditerranéenne?

R: La Macrorégion méditerranéenne publie la documentation relative à son évolution sur son site institutionnel.

Q: Si quelque chose ne m’apparaît pas clair sur la macrorégion méditerranéenne, que puis-je faire?

R: Si quelque chose n’est pas clair pour vous à propos de la macrorégion méditerranéenne, posez une question spécifique pour clarification. Lisez attentivement la FAQ et – si vous voulez en savoir plus, mieux ou plus – posez de nouvelles questions très spécifiques. Les nouvelles questions, avec les réponses relatives, vont aux FAQ qui restent en constante évolution, mise à jour et amélioration, avec toutes les contributions possibles de vous et des autres. En posant des questions spécifiques, vous obtenez des réponses spécifiques et augmentez vos connaissances et votre clarté. La mise à jour et l’amélioration de la FAQ sur la macrorégion méditerranéenne sont permanentes, basées sur des questions mais aussi sur des propositions et suggestions.

Q: Pourquoi la Macrorégion de la Méditerranée, c’est-à-dire la Méditerranée, et non des zones distinctes avec une population et un territoire plus petits? Que pouvons-nous dire, en particulier, de la zone centre-ouest de la Méditerranée ou du sud de l’Italie (appelée à tort la «macrorégion du sud de l’Italie»)?

R: Les intérêts en jeu selon la législation de l’Union européenne et selon la procédure et la stratégie de l’Union européenne sont ceux de l’ensemble du territoire méditerranéen. Dans ce contexte méditerranéen, les questions spécifiques relatives à la zone moins étendue du centre-ouest de la Méditerranée et du sud de l’Italie (appelée à tort Macrorégion) revêtent également une importance pertinente. La Macrorégion méditerranéenne est en effet, dans le périmètre envisagé par l’Union européenne, l’Entité qui guide un flux interactif d’actions stratégiques qui concernent tous les territoires méditerranéens. Dans le cadre de la stratégie macrorégionale méditerranéenne, le sud de l’Italie a donc un rôle vraiment pertinent et un protagoniste concret car il devient le centre vital de l’Italie, de l’Europe et de la Méditerranée.

Q: Les partis jouent-ils un rôle actif dans la macrorégion méditerranéenne?

R: Les partis européens et nationaux (des pays méditerranéens, européens et non européens) participent certainement activement à la macrorégion méditerranéenne et approfondissent eux aussi les enjeux du futur proche synergique, compte tenu du lancement réussi de la macrorégion méditerranéenne. Cependant, les partis n’ont pas la prédominance dans la vie publique méditerranéenne ni l’accès par les listes électorales aux organes de la macrorégion méditerranéenne (y compris le Parlement méditerranéen, composé de parlementaires méditerranéens) mais à travers des procédures pour encourager la participation et la méritocratie.

Q: La macrorégion méditerranéenne protège qui et quoi?

R: La Macrorégion méditerranéenne a pour but de protéger les intérêts de tous les citoyens de la Méditerranée et de protéger les valeurs idéales, sociales, historiques, culturelles, environnementales de toute la Méditerranée, dans une vision concrètement subsidiaire, sociale, participative et solidaire.

Q: Quels sont les pays de la macrorégion méditerranéenne?

R: Les pays de la macrorégion méditerranéenne sont classés par ordre alphabétique:

Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Croatie, Égypte, France, Gibraltar, Jordanie, Grèce, Israël, Italie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco (Principauté de), Monténégro, Royaume-Uni, Syrie, Slovénie, Espagne , Tunisie, Turquie.

Q: Quels sont les pays de l’Union européenne et de la macrorégion méditerranéenne?

R: Les pays de l’Union européenne et de la macrorégion méditerranéenne sont classés par ordre alphabétique:

Chypre, Croatie, France, Grèce, Italie, Malte, Espagne, Slovénie. La Principauté de Monaco ne fait pas partie de l’Union européenne mais du territoire douanier de l’Union européenne. La Bosnie-Herzégovine est candidate à l’adhésion à l’Union européenne.

FAQ 3 – L’Her

Q: Quelles ont été les principales étapes du processus pour la macrorégion méditerranéenne?

R: Les principales étapes du processus pour la macrorégion méditerranéenne ont été:

13 juillet 2008:

Conférence de Paris de l’Union pour la Méditerranée La Conférence de l’Union pour la Méditerranée (UpM) s’est tenue à Paris, qui a vu la participation de représentants de 43 pays méditerranéens (avec la seule absence de la Libye).

2010:

“Déclaration de Palerme” 20 Etats, avec des représentants de la Ligue arabe, de la Commission européenne, du Comité des régions, de la CRPM (Conférence des régions maritimes) “proposent d’arriver au plus vite à la constitution d’une” macro-région méditerranéenne “, préparée par une table technique permanente, similaire à celle déjà entamée autour de la mer Baltique, comme l’indiquent également les récents avis 2009 / C – 272/08 – 318/02 du CESE, par la communication 248/4 de la Commission européenne, par la proposition de résolution du Parlement européen 2009/2230 -. «La Macrorégion assurera la gouvernance d’une stratégie commune, à travers la coordination et le renforcement de tous les réseaux et articulations qui existent déjà ou qui peuvent être établis entre les Institutions, les communautés locales et les formes organisées de la société civile».

2 mars 2012:

Avis des commissions du Parlement européen: AVIS DE LA COMMISSION DE LA CULTURE ET DE L’ÉDUCATION (2 mars 2012) qui, aux points 6 et 7, “insiste sur l’importance du bassin méditerranéen en tant qu’espace de coopération décentralisée – qui va au-delà du rigide les frontières géographiques – pour renforcer la prise de décision interrégionale et le partage des bonnes pratiques, notamment en ce qui concerne la démocratie, les droits de l’homme, l’état de droit, l’écologie, le développement économique, l’écotourisme ainsi que les partenariats culture, recherche, éducation, jeunesse et sport “; «Souligne l’importance spécifique de l’éducation en tant que catalyseur d’une transition démocratique»; déclare que “la macrorégion méditerranéenne doit se développer conformément à la législation internationale sur les droits économiques, sociaux et culturels, en particulier la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Convention de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles “; de plus, au point 10, “il souligne que la macrorégion méditerranéenne faciliterait le dialogue interculturel et l’enrichissement du patrimoine culturel commun de l’Union européenne, mobiliserait la société civile et encouragerait donc la participation des ONG et des populations méditerranéennes aux programmes culturels et éducatifs. de l’UE ».

19 mars 2012:

AVIS DU COMITÉ DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (19 mars 2012) qui, au point 6, «juge nécessaire, pour mettre en œuvre une stratégie macrorégionale pour la Méditerranée, de s’appuyer sur l’expérience et sur les résultats obtenus»; en outre, aux points 8 et 9, “il est souligné que les principaux domaines d’intervention pour la macrorégion méditerranéenne devraient être ciblés aux niveaux sous-régionaux appropriés pour la coopération sur des projets spécifiques et inclure les réseaux énergétiques, la coopération scientifique et l’innovation. , des réseaux pour la culture, l’éducation et la formation, le tourisme, le commerce, la protection de l’environnement, la navigation durable, la sécurité maritime et la protection du milieu marin contre la pollution, de la surpêche et de la pêche illégale par la création d’un réseau intégré de systèmes d’information et de surveillance des activités maritimes, le renforcement de la bonne gouvernance et une administration publique efficace, afin de favoriser la création d’emplois; estime qu’il est important, en particulier après les événements du printemps arabe, que la nouvelle macrorégion contribue à la définition d’une nouvelle stratégie avec les pays tiers pour une gestion correcte des flux d’immigration et des avantages mutuels découlant d’une plus grande mobilité, fondée sur une stratégie avec les pays tiers pour lutter contre la pauvreté et promouvoir l’emploi et le commerce équitable, contribuant ainsi à la stabilité dans la macro-région ». le renforcement de la bonne gouvernance et d’une administration publique efficace, afin de faciliter la création d’emplois; estime qu’il est important, en particulier après les événements du printemps arabe, que la nouvelle macrorégion contribue à la définition d’une nouvelle stratégie avec les pays tiers pour une gestion correcte des flux d’immigration et des avantages mutuels découlant d’une plus grande mobilité, fondée sur une stratégie avec les pays tiers pour lutter contre la pauvreté et promouvoir l’emploi et le commerce équitable, contribuant ainsi à la stabilité dans la macro-région ». le renforcement de la bonne gouvernance et d’une administration publique efficace, afin de faciliter la création d’emplois; estime qu’il est important, en particulier après les événements du printemps arabe, que la nouvelle macrorégion contribue à la définition d’une nouvelle stratégie avec les pays tiers pour une gestion correcte des flux d’immigration et des avantages mutuels découlant d’une plus grande mobilité, fondée sur une stratégie avec les pays tiers pour lutter contre la pauvreté et promouvoir l’emploi et le commerce équitable, contribuant ainsi à la stabilité dans la macro-région ».

3 juillet 2012:

RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN (publiée le 29 novembre 2013 au Journal officiel de l’Union européenne) sur l’évolution des stratégies macrorégionales de l’UE: pratiques actuelles et perspectives d’avenir, notamment en Méditerranée qui, aux points 1 et 2, considère que ” les stratégies macrorégionales ont ouvert un nouveau chapitre de la coopération territoriale européenne en appliquant une approche ascendante et en étendant la coopération à un nombre toujours croissant de secteurs grâce à une meilleure utilisation des ressources disponibles; recommande que les stratégies macrorégionales, compte tenu de leur valeur ajoutée évidente au niveau européen, reçoivent davantage d’attention dans le cadre de la coopération territoriale européenne qui sera renforcée à partir de 2013; estime que ce type de coopération territoriale est utile, en particulier lorsque les frontières ont fragmenté ces espaces au cours de l’histoire et peuvent favoriser l’intégration des nouveaux États membres et de leurs régions; en outre, aux points 16 et 17, “il est considéré qu’une stratégie macrorégionale méditerranéenne impliquant l’Union, les autorités nationales, régionales et locales, les organisations régionales, les institutions financières et les ONG de la rive européenne du bassin méditerranéen et de la L’Union pour la Méditerranée, ouverte aux pays voisins et / ou aux pays en phase de préadhésion, est capable de relever de manière significative le niveau politique et opérationnel de la coopération territoriale dans ce domaine; souligne l’importance de tirer parti de l’expérience, des ressources existantes et des réalisations des organisations régionales existantes;

10 et 11 décembre 2013:

Avis du Comité économique et social européen CESE

«La macro-stratégie pour la Méditerranée doit viser à transformer la région en un espace véritablement avant-gardiste en termes de commerce, de tourisme, de civilisation, d’idées, d’innovation, de recherche et d’éducation, en la convertissant en une région de paix pour le développement et la prospérité. social”.

“La macro-stratégie pour la Méditerranée (divisée en deux stratégies sous-régionales) doit s’inscrire dans le cadre de la stratégie Europe 2020, des programmes existants et des mécanismes de facilitation financière de l’UE, et utiliser les initiatives européennes telles que le programme Interact pour la fourniture d’une assistance technique et de la formation. Cependant, une nouvelle structure devra être créée pour gérer et faciliter le fonctionnement des institutions. La stratégie macrorégionale devra donner naissance à de nouvelles approches avantageuses pour les pays concernés, avec la perspective de mesures pratiques et de politiques pouvant être appliquées avec succès ».

2013-2018

Les forces de cohésion sont structurées selon la législation européenne. Le 28 septembre 2017, un nouvel élan vient de l’avis de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité de l’environnement qui “réaffirme une fois de plus son soutien à la mise en œuvre d’une stratégie macrorégionale pour le bassin méditerranéen”, également pour contrer le risque des catastrophes naturelles et de la pollution méditerranéenne et demande au Conseil et à la Commission d’agir rapidement pour la stratégie macrorégionale méditerranéenne. De cette manière, conformément aux Procédures, l’Assemblée de la Macrorégion méditerranéenne est officialisée, ce qui vérifie positivement ses compétences le 9 novembre 2018.

Q: Quelles ont été les principales étapes du processus de la macrorégion méditerranéenne?

R: Les principales étapes du processus de la macrorégion méditerranéenne ont été:

9 novembre 2018: l’Assemblée de la macrorégion méditerranéenne nomme à l’unanimité l’administration publique existante: le médiateur de la Campanie.

29 novembre 2018: publié dans BURC n. 89 le décret fondateur n. 9/2018 du 12 novembre 2018.

……….. Ensuite

le siège macrorégional de Naples (Palazzo Berio) a été lancé;

le secrétariat d’organisation a été lancé;

consolidé le décret de reconnaissance pour absence de recours;

le système de questions et réponses (FAQ) a été lancé;

le Document d’action macrorégionale a été lancé;

a ouvert le site Web;

le Parlement méditerranéen a été lancé;

la structure de la macrorégion méditerranéenne a été lancée.

Q: Quelles sont les deux phases de la macrorégion méditerranéenne?

R: Sur la base du «Guide des stratégies macrorégionales de l’Union européenne (21 avril 2017)» et des processus de mise en œuvre en cours, la procédure de la macrorégion méditerranéenne avance chaque jour et les deux phases sont:

1) la PHASE DE CONSTITUTION ET DE FORMALISATION achevée;

2) la PHASE STRATÉGIQUE.

Q: Qu’est-ce que la phase de constitution et de formalisation achevée impliquait et qu’impliquait la phase de stratégie?

R: La PHASE DE CONSTITUTION ET DE FORMALISATION était terminée et impliquait:

– lancements et recensements des lancements macrorégionaux;

– des appels ouverts et transparents à partir de toutes les réalités disponibles en Méditerranée sans forclusion et sans veto;

– actes d’impulsion et de promotion;

– conférences et campagnes de communication;

– lancement public de la procédure pour l’Assemblée de la macrorégion méditerranéenne avec des règles ouvertes et transparentes;

– création officielle de l’Assemblée de la macrorégion méditerranéenne;

– appel ouvert avec des critères transparents pour chaque groupe d’action;

– intégration et incorporation des groupes d’action à l’Assemblée de la macrorégion méditerranéenne;

– vérification objective de chaque demande participative avec revue des groupes d’action;

– création du Bureau de l’Assemblée de la Macro-région méditerranéenne ;;

– pré-vérification des pouvoirs;

– vérification des pouvoirs de la même assemblée de la macrorégion méditerranéenne avec examen de tous les redressements possibles;

– constat unanime sans pertinence;

– discussion, ouverte au public, des procédures de formalisation;

– examen motivé, transparent et public de tous les aspects avec la présence des médias de masse;

– acquisition d’une proposition de panel unique;

– le choix partagé de l’administration publique en cours par le groupe d’action de la macrorégion méditerranéenne.

– acte formel de choix motivé de l’Administration publique procédante (Médiateur de la Région Campanie) à l’unanimité par l’Assemblée de la Macro-région méditerranéenne;

– Arrêté de l’Administration publique procédant (qui clôture la PHASE DE CONSTITUTION ET DE FORMALISATION).

La PHASE DE STRATÉGIE comprend 25 étapes supplémentaires et les 24 premières étapes ont été complétées, comme indiqué ci-dessous:

– le lancement des procédures pour les organes de la macrorégion méditerranéenne (six étapes);

– la création et l’établissement d’un siège macrorégional (deux étapes);

– la mise en place et la constitution du secrétariat organisationnel de la Macrorégion méditerranéenne (deux étapes);

– publication du décret officiel au Bulletin officiel;

– la consolidation de l’acte formel (décret) de l’Administration publique de procédure choisie, avec l’expiration du délai des recours judiciaires et administratifs, y compris les recours extraordinaires;

– l’examen des contributions à venir dans tous les cas (trois étapes);

– le système constamment ouvert de questions et réponses (FAQ) (trois étapes);

– les orientations stratégiques et pour le document d’action macrorégional (trois étapes);

– l’ouverture du site Internet de la Macrorégion méditerranéenne;

– le vocabulaire de la macrorégion méditerranéenne;

– la mise en place, dans le respect des Procédures, du Parlement méditerranéen et de la structure de la macrorégion méditerranéenne.

NOUS SOMMES MAINTENANT ICI:

– vers la stratégie macro-régionale, précédée par la SMEA (Anticipated Mediterranean Economic Strategy).

Deux fois FAQ 3 – L’Her

Q: Le processus de constitution et de formalisation de la macrorégion méditerranéenne a commencé avant 2008 et s’est terminé positivement avec la constitution et la formalisation seulement en 2018. Y a-t-il eu des différends au cours de cette longue période?

R: De 2008 (et avant) à 2018, il y a eu dix ans (et au-delà) d’initiatives continues pour la macrorégion méditerranéenne. L’Assemblée de la macrorégion méditerranéenne du 9 novembre 2018 a été le point d’atterrissage qui, selon les documents, a mis à jour tous les aspects et a donné une forme stable et toujours ouverte au processus macro-régional et aux contenus programmatiques, constituant et formalisant la macrorégion méditerranéenne. . Personne (pas même l’Union européenne elle-même, ni même les États eux-mêmes ni d’autres entités publiques ou privées) ne peut contester l’exhaustivité du chemin, la mise en place de la macrorégion méditerranéenne et le développement du processus qui conduit au lancement de la stratégie. Aucune contestation n’a jamais été faite. A chaque étape, tous les composants légitimes ont participé,

Q: Le document de programme de la Macrorégion méditerranéenne est-il ouvert à d’autres contributions d’amélioration?

R: Le document programmatique de la macrorégion méditerranéenne est toujours ouvert à de nouvelles contributions d’amélioration. Les contenus spécifiques sont dans notre cas volontairement ouverts à être définis en même temps que la stratégie est lancée par le Conseil de l’Union européenne. Le document élaboré est le cadre stratégique macrorégional dans lequel les actions clés sont définies. Avec le lancement de la stratégie et l’allocation des sources de financement, le programme opérationnel sera également toujours ouvert à la comparaison entre les réalités méditerranéennes.

Q: Pour la Macrorégion méditerranéenne, les adhésions des États ou des chefs de gouvernement étaient-elles nécessaires ou nécessaires?

R: Non, les adhésions des États individuels n’étaient ni nécessaires ni nécessaires. La Macrorégion est directement reconnue par l’Union européenne à laquelle les États ont adhéré. Compte tenu de sa nature, la macrorégion méditerranéenne, dans sa dimension européenne supra-étatique et aussi en raison de son action extra-européenne confiée, est toujours en lien avec toute réalité supra-étatique, étatique, régionale, institutionnelle et de la société civile.

Q: Quels sont les événements politiques et institutionnels qui ont concrètement conduit à la naissance et à la formalisation de la macrorégion méditerranéenne?

R: La macrorégion méditerranéenne est née d’une décision de l’Assemblée macrorégionale concernant une inertie prolongée, qui s’est produite exclusivement pour des raisons d’équilibre politique, par les administrations publiques du sud de l’Italie qui étaient devenues le siège et le centre de coordination de la macrorégion méditerranéenne. Comme nous le savons, ces choix découlent généralement, en substance, d’accords européens globaux qui prennent en compte les équilibres territoriaux et politiques. Plus concrètement, dans l’accord politique européen, il était établi depuis un certain temps que le sud de l’Italie, géographiquement adapté à sa centralité méditerranéenne et exclu des autres opportunités, devait être celui qui identifiait l’administration publique en cours de la macrorégion méditerranéenne et guiderait ainsi la Processus stratégique macro-régional. Étant donné que l’accord entre les forces politiques du sud pour l’administration publique spécifique du sud fait régulièrement défaut, l’Assemblée macrorégionale a décidé à l’unanimité de nommer l’actuel Ombudsman de Campanie comme administration publique en place, compte tenu de l’autorité internationale de l’Avv. Giuseppe Fortunato, également pour ses expériences en tant que président de trois organisations internationales (deux de la défense civique et un des garants de la vie privée). Compte tenu des retards par rapport aux autres processus macrorégionaux et compte tenu de l’absence d’accords entre les forces politiques, l’Assemblée macrorégionale a évité de se réduire au lieu de ratification des décisions préventives interpartis prises en dehors de son sein, des décisions interpartis qui, cette fois, ne sont pas pas même rester. Un acte institutionnellement irréprochable celui de l’Assemblée macrorégionale et partagé à l’unanimité. Le panel faisant autorité qui a immédiatement voulu cette décision et l’a proposé et promu a suscité le respect et la considération de l’ensemble de l’Assemblée macrorégionale, car ce panel se compose de réalités institutionnelles, telles que la région de la Basilicate, des instituts concernés tels que SVIMEZ et Eurispes, consulaires, européennes et non européennes, en relation continue avec les États, grandes associations d’importance européenne et internationale, les plus hautes expressions de la société civile (au premier rang les réalités de Civicrazia, point avancé de la société civile), confindustrielles, syndicales, éditoriales, les associations d’autonomies locales de portée européenne, qui ont toujours été les protagonistes, depuis le début, du processus macrorégional. Cette proposition a suscité un enthousiasme croissant et aucune opposition n’a été formulée par la Catalogne, Chypre, Malte, la France et d’autres réalités européennes qui, dans le bloc décisionnel des administrations du sud de l’Italie, avaient auparavant également profilé une candidature légitime, mais ont ensuite cessé demande relative à une demande internationale. Ce n’est pas un hasard si la décision adoptée, faisant autorité et libre de tout lien d’appartenance, a eu le consentement unanime des représentations européennes et non européennes qui sont intervenues. L’acte d’assemblée macrorégionale et le décret public publié qui en a résulté n’ont pas été contestés et l’administration publique macrorégionale en cours n’a pas été contestée. Si quelqu’un avait voulu contester – absurdement car il n’y a pas de profil d’illégalité ou d’irrégularité! – dans tous les cas, il aurait dû le faire dans le délai, qui a expiré. Pour la Macrorégion méditerranéenne, nous sommes maintenant dans un modèle consolidé, élu en assemblée avec un mandat précis, qui va maintenant de l’avant pour le lancement de la Stratégie avec la décision du Conseil de l’Union européenne, car l’Europe ne peut rester déséquilibrée, ayant accordé le stratégie uniquement aux quatre autres macrorégions.

Q: Pour la constitution de la macro-région méditerranéenne ou pour la stratégie de la macro-région méditerranéenne, faut-il que les Etats aient officialisé leur adhésion?

R: Ni pour l’établissement de la macrorégion méditerranéenne ni pour la stratégie de la macrorégion méditerranéenne, il n’est nécessaire d’officialiser l’adhésion de l’État. La macrorégion méditerranéenne n’est pas une union d’États ni une organisation interétatique (car il existe d’autres initiatives de l’Union européenne dans ce sens), mais découle directement de l’Union européenne selon la procédure macrorégionale spécifique. La macrorégion méditerranéenne agit directement selon la procédure macrorégionale de l’Union européenne. La procédure macrorégionale de l’Union européenne n’exige pas la formalisation de l’adhésion des États individuels. Cela se passe comme pour la constitution ou le développement d’une institution étatique qui n’exige pas l’adhésion aux régions ou pour la constitution ou le développement d’une institution régionale qui n’exige pas l’adhésion des municipalités.

Q: Que devient la PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN sur l’évolution des stratégies macro-régionales de l’UE: pratiques actuelles et perspectives d’avenir, en particulier en Méditerranée (2012)?

R: Il a été intégré dans l’avis définitif ultérieur du CESE.

D: L’avis du Comité économique et social européen (CESE) (2013) indique que «la macro-stratégie pour la Méditerranée» est «divisée en deux stratégies sous-régionales». Quelles sont les deux stratégies sous-régionales et quelles sont les deux sous-régions?

R: Le CESE entend mettre fin à l’hypothèse de pièces séparées en Méditerranée. Les deux stratégies sont celles de la sous-région macro-occidentale et de la sous-région macro-orientale, faisant partie de la macro-région méditerranéenne ainsi divisée.

Q: Quand et comment aura lieu le lancement de la stratégie macro-régionale méditerranéenne?

R: La stratégie macro-régionale méditerranéenne est à la fin de la 25e et dernière étape avec les décisions du Conseil et de la Commission, précédées par la SMEA.

Q: Y a-t-il des obstacles dans la programmation européenne de la stratégie méditerranéenne?

R: Il n’y a pas d’obstacles dans la programmation européenne, au contraire la stratégie méditerranéenne résout les déséquilibres.

Q: Le CESE a souligné qu ‘«une nouvelle structure devra être créée pour gérer et faciliter le fonctionnement des institutions». L’établissement en question a-t-il été créé?

R: La structure dont parlait le CESE est l’actuelle structure macrorégionale, composée de gestionnaires.

FAQ IV – L’organisation de la macrorégion méditerranéenne

Q: Quel est le secrétariat organisateur de la macrorégion méditerranéenne et par qui a-t-il été créé?

R: Le secrétariat organisateur de la macro-région méditerranéenne est le Bureau qui procède selon la motion approuvée à l’unanimité par l’Assemblée de la macro-région méditerranéenne et selon le décret n. 9 du 12 novembre 2018 publié au Bulletin officiel de la région de Campanie (BURC) n. 89 du 29 novembre 2018 et a été créée le 29 novembre 2018 par l’administration publique compétente. Le secrétariat organisateur de la Macrorégion méditerranéenne est dynamique en permanence et ne compte pas plus de trois membres.

Q: Qu’est-ce que le Parlement méditerranéen?

R: Le Parlement méditerranéen est l’organe le plus élevé de la macrorégion méditerranéenne. Le Parlement méditerranéen est régi par une participation basée sur le mérite et est officialisé, avec certification à chaque Parlement méditerranéen, par l’administration publique en place. Le Parlement méditerranéen opère entre les parlements national, européen et méditerranéen et le Parlement européen et opère entre le Parlement européen et d’autres institutions internationales affectant la Méditerranée, en favorisant toujours des synergies maximales. Le «travail entre» implique la mise en place du Parlement méditerranéen en tant que lien, favorisant tous les flux interactifs possibles car la macro-région stimule la coopération interinstitutionnelle.

Q: Comment puis-je accéder au Parlement méditerranéen?

R: L’accès au Parlement méditerranéen est assuré en remplissant les rôles de coordinateur du groupe d’action ou de macro-ministre, après avoir mené à bien la procédure appropriée.

Q: Comment le Parlement méditerranéen est-il constitué?

A. Le Parlement méditerranéen est composé de parlementaires méditerranéens (coordinateurs des groupes d’action, macro-ministres et macro-ministres adjoints), qui respectent rigoureusement et en permanence les normes spécifiques et complètent positivement la procédure appropriée “.

Q: Que fait le Parlement méditerranéen?

R: Le Parlement méditerranéen est l’organe suprême de la macrorégion méditerranéenne.

Le Parlement méditerranéen est à la tête de la macrorégion méditerranéenne. Chaque parlementaire méditerranéen opère dans les limites des responsabilités qui lui sont assignées. La Macrorégion méditerranéenne, selon les différentes compétences attribuées au sein du Parlement méditerranéen, peut émettre des règlements spécifiques, des plans de développement, des appels d’offres.

Q: Quelle est la structure de la macrorégion méditerranéenne?

R: La structure de la macrorégion méditerranéenne est l’organisation de direction et de gestion de la macrorégion méditerranéenne et est composée des chefs des bureaux et des éditeurs de la macrorégion méditerranéenne.

Q: Que fait la structure de la macrorégion méditerranéenne?

R: La structure de la macrorégion méditerranéenne atteint les objectifs de la macrorégion méditerranéenne.

Q: Y a-t-il des délégués d’organisations dans les organes de la Macrorégion méditerranéenne?

R: La délégation dans le modèle participatif et méritocratique de la macrorégion méditerranéenne n’est pas prévue et il n’y a donc pas de délégués. Dans les procédures macrorégionales, personne (État, région, organisme public ou privé) n’a le droit de veto ou d’avoir des délégués, mais uniquement de proposer des personnes ayant les conditions requises pour participer aux procédures. La participation macrorégionale s’exprime avec la possibilité, basée sur le mérite, de chacun d’accéder à tous les rôles et de se développer dans les rôles les plus élevés par le biais de procédures. Les rôles de la macrorégion méditerranéenne sont accessibles et les rôles sont développés par des procédures (et non par délégation, représentation ou élections).

Q: Comment accédez-vous aux rôles de la macrorégion méditerranéenne et comment vous développez-vous dans les rôles de la macrorégion méditerranéenne?

R: Tous les rôles sont accessibles via des procédures spécifiques et tous les rôles sont développés via des procédures spécifiques. L’Assemblée a nommé à l’unanimité l’instance de l’administration publique au sein du médiateur de la région de Campanie qui a établi, comme demandé, le secrétariat organisationnel de la macrorégion méditerranéenne; le secrétariat organisationnel de la macrorégion méditerranéenne enregistre l’incardination des rôles et le développement des rôles selon les procédures. Des normes spécifiques doivent être respectées dans chaque rôle et des normes plus élevées doivent être respectées pour évoluer vers des rôles plus élevés.

Q: Comment accédez-vous au Parlement méditerranéen des parlementaires méditerranéens et comment vous développez-vous dans les rôles internes spécifiques au Parlement méditerranéen?

R: L’accès au Parlement méditerranéen s’effectue via une procédure spécifique et se transforme en rôles internes au Parlement méditerranéen par le biais de procédures spécifiques. Le secrétariat organisationnel de la macrorégion méditerranéenne enregistre l’engagement au Parlement méditerranéen et le développement des rôles internes au Parlement méditerranéen selon des procédures spécifiques en conformité avec les normes relativement rigoureuses.

Q: Comment les activités sont-elles attribuées et comment les rôles sont-ils confiés dans la macrorégion méditerranéenne?

R: Les activités sont attribuées et les rôles sont confiés à la méthode d’auto-colocation qui n’est pas une méthode de parti ou élective mais qui est basée sur les normes respectées. Des procédures sont prévues à cet effet.

Q: Est-il possible dans la macrorégion méditerranéenne de remplir un rôle sans respecter les normes du même rôle?

R: Le modèle d’auto-colocalisation rend impossible de remplir un rôle sans respecter les standards du même rôle car, dans ce modèle, le rôle coïncide avec les standards relatifs. En d’autres termes, pour continuer à remplir un rôle, il faut continuer à respecter les Normes relatives et pour évoluer vers un rôle plus élevé, il faut respecter les Normes relatives.

Q: Comment les normes sont-elles identifiées?

R: Objectif, puis Chemin avec sous-objectifs, puis Standard.

Q: Chaque norme a-t-elle un poids différent?

R: Il n’y a pas de pondération, qui supposerait des caractéristiques subjectives, mais l’ordre logique précédent des normes. En d’autres termes, la norme secondaire n’est évaluée que si et après la norme primaire, qui est dichotomique, est respectée.

Q: Le Parlement est régi par une participation fondée sur le mérite. Est-il entendu que le critère d’accès au Parlement méditerranéen est celui de la méritocratie, c’est-à-dire que l’identification d’un membre du Parlement méditerranéen se fait selon des critères méritocratiques?

R: Oui, pas seulement la politique d’accès. Les procédures d’accès, de confirmation et de développement sont méritocratiques. La procédure fondée sur le mérite implique en permanence le respect des normes ou le non-respect des normes et le dépassement des procédures appropriées et donc l’inclusion ou l’auto-exclusion.

Q: Quelle est la norme obligatoire pour tous les gestionnaires de la macrorégion méditerranéenne?

R: La norme obligatoire pour tous les gestionnaires est de vérifier rapidement et précisément les courriers électroniques dans lesquels une réponse est demandée, en communiquant les résultats des activités correctement menées pour assurer une communication permanente.

Translate